0

Franquin s’expose à Paris

Une très jolie mais aussi très petite exposition sur l’œuvre de Franquin est actuellement visible à Paris.

Visible jusqu’en février 2013, elle retrace l’essentiel de la carrière du maître belge. Créateur de Gaston Lagaffe, du Marsupilami, des Idées Noires

Les panneaux sont pour la plupart des reproductions à la photocopieuse de croquis et crayonnés reprenant Gaston Lagaffe, Modeste et Pompon, le Trombone Illustré et Spirou.

Mais en y regardant de plus près, vous pourrez déceler quelques originaux qui valent à eux seuls le déplacement.

Tout l’art et la finesse d’André Franquin se dévoilent alors. Tel un moine copiste, il pouvait passer des jours à aligner des petits traits pour donner une “texture” à un fond qui apparait noir finalement sous les yeux du lecteur.

Il travaillait bien souvent à la plume et à l’encre de chine. Les crayonnés et études de personnages sont des merveilles d’improvisation et de précision du tracé. En quelques coups de crayons, un chat espiègle ou bien une caricature de l’auteur apparaissent sur la page.

L’exposition est visible au Centre Wallonie-Bruxelles, Rue Saint-Martin à Paris. Facile, c’est en face de l’esplanade du centre Beaubourg ;-)

vitrine exposition franquin

crayonné gaston géant

idées noires de Franquin

CLIQUEZ MOI. Il y en a encore !

0

Avengers 2, concept art pour The Vision

avengers 2 vision portraits

Avengers 2 est prévu pour 2015 mais il est déjà possible de glaner quelques informations ici ou là.

Info ou intox, ce serait le robot synthétique Vision qui intégrerait l’équipe des Vengeurs pour le prochain film.

Le buste présenté ici est superbe et reprend les traits de Phil Coulson, l’agent du FBI tué par Loki.

Vision est un robot dont la mémoire reprend des bribes de mémoires humaines et son apparence serait calqué sur celle de l’agent. Un hommage ?

Vin Diesel a aussi été annoncé pour incarner le personnage aux pouvoirs surhumains et à la densité variable.

Seul l’avenir nous dira qui des deux sera à l’écran.

vision phil coulson avengers 2

Robert CRUMB s’expose au Musée d’Art Moderne à Paris. Tout près du Palais de Tokyo, l’exposition est une (très) riche rétrospective de l’œuvre underground du bédéaste américain depuis les années 60 jusqu’à maintenant.

Intitulé “De l’underground à la Genèse“, l’exposition regroupe plus de 700 dessins : couvertures, planches (courage pour tout lire mais elles sont traduites en français), pages de carnets de croquis.

L’auteur sera passé par pas mal de phases créatives. Sans être hippie, ni adhérer aux valeurs de l’époque, il produisait des histoires décalées, déjantées, psychées qui lui valu d’être récupéré par la contre-culture américaine. Il passait aisément de thèmes dénonciateurs (voir sa BD sur les noirs qui prennent le pouvoir) à d’autres sujets plus léger avec des grosses b**** et du poil autour ;-)

Il est assez remarquable qu’il n’avait rien à faire du qu’en dira-t-on. Il abordait sans gène les sujets qui lui plaisaient sans se poser la question si cela allait déranger ou non.

Fritz The Cat a été l’un de ses plus beaux succès. Caricature d’un trou-du-cul américain type qui ne pensait qu’à profiter de l’instant dans une amérique qui s’émancipait. Robert Crumb n’a pourtant pas hésité à le faire tuer quand le personnage devenait pour lui trop envahissant.

Et puis, il y a les femmes. Charpentées, aux cuisses épaisses, aux seins charnus que Crumb ne peut s’empêcher de mater, tout au regret de ne pouvoir les avoir toutes.

Il leur imagine des pratiques sexuelles débridées et passe ses fantasmes en quelques planches interdites aux plus jeunes.

L’œuvre de Crumb est un univers bourré d’humour, de perversion, de dénonciation et de transgression. Jusqu’à sa version de la Genèse qui en a déçu plus d’un devant une aussi sage transcription.

Il coule des jours paisible en France depuis 20 ans. Hé oui, il est toujours vivant ! N’attendez pas que la mort lui trouve du talent ;-)

Dans la suite de l’article, vous aurez un bel avant-goût de cette exposition à voir absolument.

robert crumb exposition fritz the cat

robert crumb presents robert crumb

robert crumb yeti girl rollers

CLIQUEZ MOI. Il y en a encore !

0

La nouvelle Wonder Woman

“You’re a wonder, Wonder Woman !!!”

Nous entendrons bientôt à nouveau retentir ce glorieux générique sur nos petits écrans.

NBC a produit un épisode pilote de Wonder Woman avec la toute fraîche Adrianne Palicki.

Elle succède à la superbe Lynda Carter, héroïne des années 70.

Les temps changent et le costume de l’amazone aussi.

Adieu donc la culotte milky-way et les jambes nues.

Désormais Wonder Woman cassera du nazi (ou d’autres super vilains) en leggins bleus.

Pour le reste, tout est là : diadème boomerang, bracelets de force par balles et lasso doré de vérité composeront encore la tenue sexy.

L’aigle s’est fait plus impérial et le design moins américain (le drapeau US était clairement repris dans le look d’origine).

Ci-dessous un avant/après. Qu’en pensez-vous ?

wonder woman adrianne palickiwonder woman lynda carter

Cliquez sur les images pour les afficher en grand format.

palicki wonder woman run set palicki wonder woman set photo costume 2011

Cadeau bonus, les paroles de la chanson du générique des seventies :

Wonder Woman, Wonder Woman.
All the world’s waiting for you,
and the power you possess.

In your satin tights,
Fighting for your rights
And the old Red, White and Blue.

Wonder Woman, Wonder Woman.
Now the world is ready for you,
and the wonders you can do.

Make a hawk a dove,
Stop a war with love,
Make a liar tell the truth.

Wonder Woman,
Get us out from under, Wonder Woman.
All our hopes are pinned on you.
And the magic that you do.

Stop a bullet cold,
Make the Axis fall,
Change their minds, and change the world.

Wonder Woman, Wonder Woman.
You’re a wonder, Wonder Woman.

Norman Gimbel and Charles Fox

1

Watchmen de Zack Snyder

Si ce n’est pas déjà fait, courez voir les “Watchmen“.

Zack Snyder, réalisateur des “300” (This is Spartaaaa !), a su retranscrire la force du récit et la beauté du roman-graphique d’Alan Moore et Dave Gibbons.

2h40 de belles images qui vous restent dans la tête, et d’un scénario qui vous fera gentiment cogiter sur des super-héros voué au bien quitte à faire le mal. Loin du boy-scout Superman et ça fait du bien.